©2019 by MK3D. Proudly created with Wix.com

Rechercher
  • Vincent Lapierre

Anisoprint et sa technologie de coextrusion de fibres composites via 3DNatives.com

Focus aujourd'hui sur une société en devenir : Anisoprint qui a développé une imprimante permettant de coextruder un filament de n'importe quelle matière et des fibres de renforts.


Article complet : https://www.3dnatives.com/anisoprint-composites-03072019/


crédit photo : Anisoprint

Anisoprint est un fabricant d’imprimantes 3D russe qui a développé une solution d’impression 3D de composites à fibres continues. S’appuyant sur le principe de dépôt de fil fondu, sa machine Composer permet de renforcer n’importe quel plastique d’impression 3D avec des fibres composites, et ce pendant le processus même. Un principe de coextrusion breveté qui pourrait intéresser plus d’une industrie : les matériaux composites sont généralement plus solides, plus légers et plus résistants et en font donc des solutions idéales pour l’aérospatial, l’automobile ou encore le médical.

Leurs imprimantes sont basées sur une technologie brevetée de coextrusion de fibres composites (CFC). Elle diffère considérablement des autres méthodes d’impression 3D de composites à fibres continues (préimprégné, coextrusion de fibres sèches, lamination). Dans la technologie CFC, Anisoprint renforce le plastique avec des fibres composites continues directement pendant le processus d’impression, et non au stade préliminaire comme dans d’autres technologies. Cette approche permet d’utiliser n'importe quel plastique (PETG, ABS, PC, PLA, Nylon, etc.) et de modifier la densité de remplissage composite.


En variant les matériaux à renforcer, la direction des fibres et la densité de la structure, Anisoprint peut créer des pièces plus optimales avec des formes complexes, des structures lattices complexes ou des conceptions bioniques.


Ce qui manquait aux filaments actuels chargés en fibres (une maîtrise de la direction des fibres) semble donc être résolu via la technologie Anisoprint. Reste à voir et à tester cette solution prometteuse. En attendant, MK3D réalise des pièces en PETG chargé nativement en carbone qui apporte des résultats très satisfaisants.


Vincent - MK3D

40 vues